Le nouveau Plan Epargne Retraite (PER)

Plan Epargne Retraite

Le gouvernement a imaginé un nouveau dispositif, le Plan Epargne Retraite (PER), entré en vigueur le 1er octobre 2019 qui vise à rendre cette épargne plus transparente, plus souple et intéressante pour les épargnants mais aussi à financer plus efficacement les entreprises.

Le but d’un produit d’épargne retraite c’est de maintenir son niveau de vie, une fois que l’on n’est plus en activité. En raison de l’allongement de l’espérance de vie, le financement de la retraite s’est beaucoup dégradé. En effet,  en 1960 quatre actifs finançaient la retraite d’un retraité. En 2018, ils étaient à peine deux (1,7) et en 2050, un seul actif financera la retraite d’un retraité. Ainsi, on constate toujours moins de cotisants comparé au nombre de retraités. En conséquence, on estime à 59 %  en moyenne la perte de revenu à la retraite pour un Travailleur Non Salarié. Prenons l’exemple de M. Rodier, kiné de 40 ans : si son revenu net en fin de carrière se monte à 75 000 €, sa retraite s’élèvera à 19 270 €, soit seulement 26 %. Même chose pour Madame Lipska, 45 ans, restauratrice. Avec un revenu net en fin de carrière de 50 000 €, elle touchera à peine la moitié, une fois retraitée.

Quels sont les avantages du PER  ?

Fort de ce constat, le gouvernement a imaginé un nouveau dispositif plus souple qui présente de nombreux avantages. Auparavant, le capital investi dans un PERP ne pouvait pas être déplacé dans un contrat Madelin. Désormais c’est possible de le transférer dans un PER unique regroupant tous ses contrats. Ainsi, les titulaires de contrats Perp ou Madelin peuvent basculer leur épargne dans un PER soit chez le même gestionnaire, soit dans une nouvelle compagnie. De plus, cette épargne retraite peut être débloquée avant sa retraite en cas d’accidents de la vie (invalidité, décès du conjoint, surendettement, etc.) mais aussi pour l’achat de sa résidence principale. Enfin, au moment de son départ en retraite, l’épargnant qui a souscrit un PER, aura la possibilité de choisir de liquider son contrat soit en capital soit en rente, autrement dit en une fois ou sous forme de versements réguliers. Avec le PERP et le Madelin, il n’existe que la rente viagère. L’épargne retraite investie dans un PER sera mieux adaptée à l’évolution des parcours de vie et des carrières. De plus, ce dispositif encourage aussi la concurrence entre les prestataires.

Témoignage : David, Paysagiste  – Prévoyance, Contrat Santé et Épargne Retraite

 

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Depuis son lancement, on a surtout parlé du Plan Epargne Retraite (PER) comme d’un contrat plus ouvert que les précédents produits d’épargne tels que le PERP et le contrat Madelin. C’est vrai car il ne propose pas seulement une sortie sous forme de rente. En effet, au moment de votre retraite, vous pouvez toucher soit une partie soit la totalité du capital épargné. Et ce, en une ou plusieurs fois. Cependant, rien ne vous y oblige. Si le montant de votre retraite vous suffit pour maintenir votre niveau de vie et faire face aux frais supplémentaires liés à l’âge. Vous pouvez  alors laisser les capitaux fructifier en totalité ou en partiellement jusqu’à votre décès. Ainsi vous continuerez à les placer en unités de compte et diversifierez vos placements. Dans ce cas, le capital restant dû, net de prélèvements sociaux, sera versé à votre conjoint sans aucun droit de succession. Dans le cas d’une transmission à vos enfants, ils paieront des droits à hauteur de 20 % après un abattement de 30 500 €. […]

Les commentaires sont fermés.