Les libéraux enfin indemnisés en cas d’arrêt de travail.

En termes de prévoyance, l’épidémie du Covid 19 a fait ressurgir l’insuffisance de la couverture sociale en cas d’arrêt de travail temporaire des libéraux. C’est la raison pour laquelle depuis le 1er juillet 2021, ils touchent enfin des indemnités journalières…En contrepartie  ils doivent s’acquitter d’une cotisation spécifique, être affilié à la CNAV-PL depuis au moins un an et percevoir un revenu au moins égal à 4399 € soit 10 % du plafond annuel de la sécurité sociale (PASS fixé à 43 992 € en 2023).

 

Depuis le 1er juillet 2021,  les professionnels libéraux  bénéficient d’indemnités journalières, versées par les caisses d’assurance maladie comme les salariés du privé. Un dispositif obligatoire  à partir du 4 ème d’arrêt pour maladie ou accident. Ces prestations compensent alors en partie les revenus qu’ils ne perçoivent plus étant en incapacité de travailler. Elles leur sont versées ainsi qu’à leur conjoint collaborateur. En contrepartie, les libéraux doivent s’acquitter d’une cotisation supplémentaire.

Les indemnités journalières compensent alors en partie les revenus que les professionnels libéraux ne peuvent plus percevoir temporairement. Ces prestations sont versées qu’ils soient affiliés en tant que chef d’entreprise ou, à compter du 1er janvier 2022, comme conjoint collaborateur. En contrepartie, ils doivent s’acquitter d’une cotisation supplémentaire.

Le montant versé est égal à 1/730 e  de la moyenne des revenus annuels des trois dernières années civiles précédant la date de la constatation médicale de l’incapacité de travail. Ainsi, en fonction de leurs revenus, ils peuvent toucher jusqu’à 180 € par jour et ce jusqu’à 90 jours.

En tout état de cause, rien n’améliore la protection des travailleurs libéraux face aux risques les plus importants que sont l’incapacité longue durée et a fortiori l’invalidité. Plus que jamais, si vous n’êtes pas encore couvert, il vous faut opter pour une prévoyance complémentaire pour vous prémunir réellement contre les aléas de la vie. Pour cela, n’hésitez pas à consulter votre courtier qui vous conseillera celle qui sera la plus pertinente pour vous.